19 septembre 2011 1 19 /09 /septembre /2011 22:18

 

Retour à l'hopital pour une nouvelle cure. On commence à avoir l'habitude, Lucas reconnait la route maintenant et se met à pleurer quand on arrive sur le parking. Mais ça ne dure pas bien longtemps car dès qu'on entre dans le service il retrouve un petit garçon qu'il connait.

 

J'espérais que cette cure se passe aussi bien que la précédente, après tout il n'y avait aucune raison pour que ça se passe autrement, mais les chimios n'étaient pas les mêmes et j'ai vite changé d'avis. Les poches étaient branchées depuis à peine 1/2 heure qu'il commençait déjà à vomir tout ce qu'il pouvait.

 

On a passé la journée tant bien que mal, en l'occupant entre deux vomissements et en faisant de gros calins tous les deux. Puis le lendemain c'est allé mieux et il est allé faire des bricolages dans la salle de jeux. Au début il était un peu impressionné et ne voulait pas me lacher, il a fallu que je lui tienne une main pour qu'il accepte de s'assoir avec les autres, mais ça n'a pas duré, rapidement il a fini par me renvoyer gentiment dans la chambre et quand je l'ai retrouvé il était extrêmement fier de montrer ses créations.

 

Pendant que Lucas était occupé j'ai retrouvé d'autres mamans au salon des parents, on a discuté de choses et d'autres, de maladie mais aussi de choses qui n'avaient aucun rapport. C'est curieux à dire mais c'était presque "agréable". Et je me suis rendu compte que finalement, le service était peu à peu devenu comme notre deuxième maison. On s'y sent presque "chez soi", on a nos habitudes, nos repères, on retrouve les enfants, les parents, l'équipe soignante, et chacun prend des nouvelles de l'autre. On s'aide, on s'épaule, on s'écoute, on rigole aussi... on "partage" en fait, tout simplement. Parce qu'on vit tous et toutes la même galère.

 

La cure est arrivée à sa fin, depuis l'arrivée nous comptions les jours, j'avais dit à Lucas "plus de dodos ici, c'est fini on rentre à la maison". Son sac était fait, il ne restait plus que la visite de l'interne pour signer le papier de sortie. Et puis, finalement, non. "Pas de sortie, on préfère garder encore Lucas pour la nuit c'est mieux, on reverra demain et puis vous rencontrerez le grand professeur avant de partir. Ce serait bien que votre mari soit là aussi, pour faire le point."

 

Alors on re-défait tout le sac, on explique à Lucas qu'en fait on ne rentre pas, qu'il va dormir encore ici ce soir et qu'on verra demain, on appelle Jade et Papa pour leur expliquer, on s'organise pour que Julien puisse venir demain pendant que Jade sera gardée par une voisine... Et puis on stresse, forcément. Parce que s'ils le gardent, c'est qu'il y a quelque chose qui ne va pas. Et ce rdv demain, pourquoi ? Que vont-ils nous dire ? Pourquoi faut-il que nous soyons là tous les deux ? Bref, mille questions se bousculent mais quand je demande ils restent très évasifs. Alors je rentre avec mes questions, en espérant que je m'inquiète pour rien.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par lecombatdelucas
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Lucas, sa vie, son combat.
  • Lucas, sa vie, son combat.
  • : Le combat de Lucas, 5 ans au moment du diagnostic en 2011, contre une vilaine maladie appelée neuroblastome métastatique de stade IV (cancer pédiatrique). Un récit écrit par sa Maman au jour le jour pour partager avec vous les petits et gros soucis du quotidien tout au long de cette épreuve. Laissez un commentaire lors de vos visites ça nous fera très plaisir.
  • Contact

Recherche

Les Autres Petits Guerriers Touchés Par Le Neuroblastome