19 septembre 2011 1 19 /09 /septembre /2011 22:17

"B"

 

Un petit bonhomme de 7 ans.

L'un des premiers enfants que j'ai croisés quand nous sommes arrivés avec Lucas.

Celui qui a prêté sa game boy à mon loulou qui n'avait encore aucun jeu à lui parce que Papa n'était pas arrivé.

Celui qui m'a tant fait rigoler en jouant au jeu du "ni oui-ni non" avec ses expressions de grand inculquées par son Papa : "très probablement", "c'est à étudier", "pas à première vue".

Celui qui s'est battu comme un chef contre une méchante maladie qui a finalement eu raison de lui...

 

 

Le 28 aout, j'écrivais ceci :


Je viens d'apprendre qu'un des enfants qui était soigné dans le même service que notre fils est décédé cette nuit. Ca m'a complètement anéantie, j'ai été bouleversée quand je l'ai appris. Je n'ose même pas imaginer la peine de ses parents, c'est horrible, comment peut on surmonter ça ?
C'est la première fois que je suis confrontée à un drame pareil, nous sommes encore "nouveaux" dans ce service, bien sûr je sais que les enfants ne guérissent pas toujours, je sais que le risque est grand aussi pour mon petit garçon, mais jusqu'ici aucun enfant n'était décédé, ou au moins je n'en avais jamais été informée, et là j'apprends qu'il est parti.
Il s'entendait bien avec mon fils, ils ont joué ensemble plusieurs fois, ils avaient presque le même âge, et moi je retrouvais sa maman on allait prendre un café ensemble ou discuter un peu de nos enfants. Je ne m'y attendais vraiment pas et du coup quand je suis arrivée ce matin et que l'infirmière m'a dit "j'ai quelque chose à vous dire, B….. est parti cette nuit" ça m'a fait un choc énorme (je ne mets pas son nom, je ne sais pas trop si j'ai le droit).
Je me rends compte que même si j'en avais entendu parler, la mort pour moi c'était un concept irréel , et jusqu'ici je n'avais jamais vraiment compris que ça pouvait arriver en vrai sur nos enfant.

 

 

Aujourd'hui encore je ne peux m'empêcher de verser quelques larmes quand je pense à lui. A chaque fois que j'entre dans le service, je le revois me faire un signe de la main. Je suis révoltée par autant d'injustice. Pourquoi ? Comment peut-on laisser des enfants mourir encore aujourd'hui, alors que la médecine a fait tant de progrès, qu'on greffe des coeurs et même des visages, qu'on clone des animaux et qu'on étudie des cellules minuscules dans des microscopes ? Perdre un enfant c'est intolérable, ça ne devrait jamais exister.

 

Dans mes souvenirs, ce sera avant tout son sourire malicieux qui restera. Un sourire que je n'oublierai jamais.

Et puis cet échange avec sa maman aussi, le dernier, que je regrette tellement aujourd'hui...

 

Je l'avais croisée dans le couloir, je l'ai vue très rapidement elle n'avait pas vraiment le temps de discuter parce qu'ils rentraient chez eux, son fils était déjà sur le brancard des ambulanciers. Je lui ai demandé comment ça allait, et je me souviens encore de ses mots, elle m'a répondu "avec les médecins on a décidé de le laisser souffler". Et moi je n'ai rien compris, j'ai pensé bêtement qu'il rentrait se reposer quelques jours chez lui avant de rattaquer la suite du traitement, et j'ai répondu qelque chose comme "bon, ça va vous faire du bien". Je n'ai même pas été capable de comprendre. Elle m'a regardé avec un sourire triste, elle a juste répondu "bon courage" et elle est partie. Sur le coup j'ai éprouvé une sensation étrange, mais je n'ai pas compris pourquoi, dans son regard il n'y avait pas vraiment de désespoir, pas de larmes, juste énormément d'amour pour son fils. Puis j'ai rangé cette discussion dans un coin de ma tête, et ce n'est que quand j'ai appris la nouvelle que j'ai réalisé. Quelle idiote j'ai été ! J'ai dû lui faire tellement de mal avec cette phrase toute bête, j'ai été tellement maladroite, je m'en veux si vous saviez.

 

 

Petit "B", je t'envoie des milliers de bisous, j'espère que tu es bien, là où tu es, et qu'enfin tu peux te reposer. Prends soin de ta famille petit bonhomme, ils ont besoin de toi...

Partager cet article

Repost 0
Publié par lecombatdelucas
commenter cet article

commentaires

Stéphane 18/09/2012 14:57

Vous ne devez pas vous en vouloir, pas du tout. Et même sans le vouloir vous avez approché la vérité de près : à un certain moment, quand il apparaît qu'il n'y a plus rien à faire, ce qui arrive
parfois hélas, cela fait du bien de retourner ensemble à la maison, de quitter le monde médical, et vivre intensément, sans interférences, le temps qui reste à partager. Prenez bien soin de vous et
de votre petit bonhomme. Je vous souhaite le meilleur, il y a tant de choses à partager dans ces moment difficiles. Ce petit B. veille très certainement sur lui là où il est. Courage.

liliane 26/08/2012 21:20

g lu avec emotion votre histoire car le 4 juillet 2011 notre vie a basculé comme la votre.mon petit fils clem a eu la meme chose , il avait 20 mois.tt ce ressenti est véridique! ma fille était
allée en france pr 10 jours ,elle a du rester en france un an . nous sommes de la Reunion et notre petite famille est renrée au pays le 7 aout 2012 .mais une bonne nouvelle clem est en remission
totale.je penserai a vous .Tout ira bien pour vous , pour nous.

christelle 24/06/2012 21:29

bonjour,
je suis la maman d un petit romain maintenant âgé de 14 mois ,il y a 9 mois notre vie a basculé aussi a l annonce de sa maladie ,il est ateint d une ostéopétrose(maladie des os de marbre).
seul traitement la greffe de moelle osseuse qu il a subi il y a 4 mois.
ce n est pas évident a vivre mais on fait tout pour garder la t^te hors de l eau on se bat tout les jours mais on le fait pour lui c est notre raison de vivre rien qu un sourire est un vrai rayon
de soleil.
garder courage même si se n est pas evident tout les jours

Sophie, la maman de Lucas 25/06/2012 23:47



Merci pour votre message, et courage à votre petit Romain et à vous tous. La maladie est toujours une épreuve, et quand ça touche nos petite bouts c'est encore pire... Mais vous avez raison, ils
sont notre soleil, notre espoir, et grâce à eux nous trouvons la force d'avancer et de nous battre pour eux.


Je vous souhaite le meilleur pour la suite.



m@ryline 20/09/2011 19:57


C'est très triste en effet, cependant, la phrase de la maman était effectivement à double sens... on pouvait comprendre ce que tu as compris. C'est tellement difficile, tellement inhumain...

Bon courage et plein d'ondes +++ à ton p'tit loulou ! Je pense bcp à lui.


Présentation

  • : Lucas, sa vie, son combat.
  • Lucas, sa vie, son combat.
  • : Le combat de Lucas, 5 ans au moment du diagnostic en 2011, contre une vilaine maladie appelée neuroblastome métastatique de stade IV (cancer pédiatrique). Un récit écrit par sa Maman au jour le jour pour partager avec vous les petits et gros soucis du quotidien tout au long de cette épreuve. Laissez un commentaire lors de vos visites ça nous fera très plaisir.
  • Contact

Recherche

Les Autres Petits Guerriers Touchés Par Le Neuroblastome