19 septembre 2011 1 19 /09 /septembre /2011 22:20

 

Jusqu'ici les articles ont été rédigés selon mes souvenirs, mais à partir de maintenant les nouvelles de Lucas se feront au jour le jour, en fonction de l'avancée des traitements et des imprévus du quotidien. Vous êtes déjà quelques uns à nous suivre régulièrement et j'espère que vous continuerez, c'est toujours un plaisir de lire vos petits mots, même tout simples.

 

 

Lucas est à nouveau à l'hopital depuis ce matin...

Premier signal d'alerte, hier soir il était grognon. Il avait la même attitude la dernière fois alors on a deviné que c'était l'aplasie qui pointait le bout de son nez. Du coup j'avais hâte d'avoir la prise de sang de ce matin pour en avoir le coeur net. Mais Lucas est allé bien plus vite que ça, cette nuit en allant me coucher vers minuit je l'ai trouvé chaud, j'ai immédiatement resorti mon thermomètre et là c'est l'angoisse, il était monté à 38,2°C ! J'ai repris sa température deux fois, pas d'erreur.

 

C'est la première fois qu'il faisait de la température alors qu'il était en aplasie, c'était une situation complètement nouvelle, et là j'ai commencé à paniquer. J'étais sur le point d'appeler l'hôpital pour savoir quoi faire mais Julien, beaucoup plus calme, a essayé de me rassurer, il m'a rappelé qu'ils nous avaient bien dit de vérifier l'évolution à deux heures d'intervalle, et puis on ne savait même pas s'il était en aplasie ou pas. Alors j'ai attendu, sans pouvoir dormir, en me demandant ce qu'il allait encore nous arriver... A 2h du matin il n'avait plus que 37,9°C, ça m'a un peu rassurée, puis à nouveau 38,4 vers 3h30. Là j'ai appelé, j'hésitais à les déranger à cette heure-là, c'est dur de savoir si c'est très urgent ou bien pas grave du tout quand on n'est pas médecin, mais tant pis, je préfère appeler pour rien que de passer encore à côté de quelque chose de grave. Et d'ailleurs quand je leur ai expliqué la réponse a été claire : "vous venez tout de suite, on vous attend".

 

Alors branle-bas de combat, je rassemble quelques affaires en vitesse pendant que Julien réveille Lucas et le glisse dans la voiture. Impossible de se débrouiller pour faire garder Jade à cette heure-là et Julien doit être au travail à 9h alors je pars seule avec Lucas, en priant pour qu'il n'arrive rien sur la route. Heureusement en pleine nuit il n'y a pas grand monde !

 

En arrivant là-bas on nous installe dans une chambre seule, le médecin de garde examine Lucas, on lui reprend sa température qui a encore monté (38,8°C) et on lui fait plusieurs prises de sang. En me voyant autant angoissée l'infirmière me rassure. Ca arrive très souvent, et ce n'est pas si grave, ils sont habitués à gérer, quelques jours d'antibiotiques et ce sera réglé. Ca a l'air si simple dit comme ça ! Je ne sais pas si elle dit ça uniquement pour me rassurer, mais en tout cas ça marche, je suis soulagée de la voir aussi confiante.

 

En en discutant avec des mamans plus tard dans la journée je me suis effectivement rendu compte que c'était assez fréquent, qu'elles l'avaient vécu aussi avec leurs enfants et que ça faisait partie du parcours de chimio, mais sur le coup, avec tout ce qu'ils nous avaient expliqué pendant la première hospitalisation, je vous avoue que j'ai eu vraiment peur pour Lucas (d'ailleurs j'en ai encore les mains qui tremblent...).

 

Je ne sais pas où il a pû attrapper cette infection. J'ai beau réfléchir encore et encore à ce que je n'ai pas bien fait, ce qu'il a touché ou mangé, où il est allé... Je n'ai peut être pas bien lavé sa chambre, ou alors c'est dans le jardin qu'il a attrappé quelque chose, ou dans la nourriture ??? Il y a tellement de risques dans une maison, je me dis que c'est quasiment impossible de chasser tous les microbes !

 

Nous voilà donc engagés dans une nouvelle hospitalisation, imprévue et de durée indéterminée cette fois. Et mon Lucas n'était vraiment pas en forme. Il est monté jusqu'à 39,2°C en fin d'après-midi, malgré le perfalgan (contre la fièvre) et ne voulait rien faire, ni jouer, ni dessiner, ni regarder la tv...  Et puis ce soir il a fallu le laisser... encore. En espérant que sa température chute enfin et qu'il soit mieux demain.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par lecombatdelucas
commenter cet article

commentaires

jocelyne 24/09/2011 22:00


Bonsoir, je prends des nouvelles de Lucas ; sachez que je suis très émue pour avoir vécue la même chose. Toutes les situations que vous vivez (chimios difficiles avec vomisssements, les aplasies,
manque d'appétit qui fait peur, les docteurs qui veulent vous renconter, etc..)je connais tout cela et les angoisses. vraiment comment est-ce possible, tous ces enfants qui doivent lutter,
combattre , c'est vraiment indamissible et injuste ! Enfin tenez bon vous et votre mari et allez toujours de l'avant. Je pense bien à vous !


Sophie, la maman de Lucas 25/09/2011 00:36



Bonsoir Jocelyne, et merci pour votre message.


Comme vous, je suis révoltée par tant d'injustice et de souffrance. Comment est-ce possible ? Comment peut-on tolérer que des enfants vivent celà ? Et pourtant on n'y peut rien, nous sommes
terriblement impuissants...



Valérie 20/09/2011 14:39


J'espère que Lucas ira vite mieux. De grosses bises.


elisca 20/09/2011 00:58


Ne vous inquiétez pas,en effet c'est très fréquent.Pour Elise ,après chacune de ses chimios au moment des aplasies,elle a eu de la fièvre:aplasie fébrile,malgré toutes les précautions prises.Avec
les antibiotiques aucun souci ,par contre Lucas risque de rester plusieurs jours à l'hôpital ,jusqu'à ce
que les globules blancs aient remontés.Courage donc.

bisous à vous 2


lecombatdelucas 21/09/2011 00:19



Oui c'est ce que je vois en en discutant avec tout le monde, ça me rassure un peu.


J'espère que les antibiotiques agiront rapidement et qu'on pourra rentrer assez vite...


Merci !



Présentation

  • : Lucas, sa vie, son combat.
  • Lucas, sa vie, son combat.
  • : Le combat de Lucas, 5 ans au moment du diagnostic en 2011, contre une vilaine maladie appelée neuroblastome métastatique de stade IV (cancer pédiatrique). Un récit écrit par sa Maman au jour le jour pour partager avec vous les petits et gros soucis du quotidien tout au long de cette épreuve. Laissez un commentaire lors de vos visites ça nous fera très plaisir.
  • Contact

Recherche

Les Autres Petits Guerriers Touchés Par Le Neuroblastome