18 décembre 2014 4 18 /12 /décembre /2014 19:45

 

Préparer Noël, se plonger dans l'ambiance des fêtes... et apprendre que dans une autre famille, on a pris la décision d'arrêter tous les traitements et qu'une petite fille va prendre son envol... La vie est tellement cruelle parfois !

 

Je suis complètement anéantie par la nouvelle. J'ai juste envie de crier, de hurler à l'injustice, et de pleurer toutes les larmes de mon corps. Comment peut-on supporter ça ? Comment accepter que son enfant s'en aille, sans qu'on puisse rien y faire ? Comment accepter que le cancer gagne, après des années de combat acharné ? Comment réussir à rester fort et à sourire à son enfant en sachant que bientôt il ne sera plus là ?

 

Je me sens tellement impuissante, et tellement révoltée. Cette putain de vie est tellement moche, des enfants s'en vont tous les jours, et pourtant rien ne change. Combien d'enfants vont encore devoir vivre ça avant qu'on en prenne conscience et qu'on se bouge ? Cest inhumain...

 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Sophie, la maman de Lucas
commenter cet article

commentaires

lisa-christianne barteau 21/12/2014 10:45

Je suis tellement triste d'apprendre ça... c'est tellement injuste... j'aime noel mais ça me fais un sentiment bizzare je ne sais pas comment expliquer, comme si ça me rendais un peu triste... je
ne peut pas m'empêcher de penser à tout les enfants qui sont à l'hôpital et aux famille qui n'ont plus leur enfant... je fais de gros bisous à lucas et à jade, et je vous souhaite quand même de
bonne fête...

Patricia maman de Cassie 21/12/2014 09:20

Oh que oui, tout cela est terrible. Il en est de même pour moi, je sais qu'actuellement une famille vit son dernier Noël avec son enfant à qq kms de chez nous et pas une journée ne passe sans que
je n'y pense. Dur...très dur.. Pourquoi ? Toujours cette question sans réponse. Alors, je puise de la force dans la joie de vivre de ma puce....égoïstement.
Un jour j'ai lu un témoignage qui exprimait la difficulté à être survivant au cancer....cette loterie sans logique ..

Que ces fêtes vous soient douces.
Et oui.
En plein cœur des moments de bonheur que nous apportera Noël, et quand nous regarderons nos enfants criaient de joie à l'ouverture de leurs cadeaux, nous aurons tous une pensée tres émue pour les
parents desenfantés et les familles dans le combat.

Papa de baptiste 18/12/2014 21:21

Oui la maladie d’un enfant c’est scandaleux, incompréhensible, rien ne peut justifier ça.
Alors Oui, il faut hurler, crier, déchirer ses vêtements, se vider de toutes ses larmes….jusqu’à ce que la rage, la haine, la terrible souffrance se calme un peu.

Puis je proposer un petit conte à Lucas ?

Je suis papa d’un petit garçon de 5 ans.
Baptiste, que je ne peux voir que dans sa bulle, et toucher, caresser qu’à travers des gants en latex.
Et oui mon petit Lucas, mon petit Baptiste, il y a des choses, que nous adulte nous ne comprenons pas.

Petit conte spécial pour Lucas.

- Un jour d’été, en vacances, alors que je roulais dans la forêt près de chez nous, un petit hérisson a traversé, et je n’ai pas pu l’éviter.
- Alors Baptiste s’est mis à hurler
- « Papa, Papa, tu as écrasé un petit hérisson »
- Nous descendons de la voiture, et Baptiste prend délicatement le petit hérisson blessé dans ses petites mains
- Puis il me pose une drôle de question
- « Papa, qui va dire à la maman du hérisson qu’il est blessé, et qu’il va peut être mourir ? »
- Un peu pris au dépourvu je réponds « Pour ça il faudrait apprendre le langage des hérissons »
- Alors Baptiste sans se décourager a murmuré au hérisson quelques mots, puis m’a dit « J’ai compris, il faut aider tous les hérissons à traverser en leur construisant des tunnels »
- Excellente idée ai-je répondu et dès le lendemain on a creusé des dizaines de tunnel pour permettre aux familles de hérisson de traverser sans se faire écraser.
- De son côté, Baptiste a soigné le petit Hérisson qu’il a baptisé Jason, Jason le Hérisson. Il boîte un peu, mais il ne quitte plus notre jardin.il est sauvé.


Pourquoi raconter une telle histoire ?
Parce que, aujourd’hui , Jason, c’est un peu toi mon petit Baptiste.
La vie est dure, il faut beaucoup de santé , comme pour les hérissons pour traverser la route.
On t’a créé un tunnel de latex transparent pour que la maladie ne t’atteigne pas.
Et un jour, oui un jour tu pourras traverser sans risques et sortir de ta bulle.

Lucas, Baptiste, je vous aime tous les deux parce que vous êtes des petits courageux.
Accrochez vous, et vous aussi trouvez des idées pour qu’on puisse mieux se parler, mieux communiquer…mais surtout, surtout ne soyez jamais triste….quoi qu’il arrive.

Le Papa de Baptiste.

Sophie, la maman de Lucas 27/12/2014 21:03



Merci pour ce joli conte.


Un gros bisou à Baptiste. J'espère que 2015 vous apportera de bonnes nouvelles et une meilleure santé, et qu'enfin vous pourrez serrer votre loulou dans vos bras sans masque et sans gants.


Un bisou aussi à Jason ! ;-)



céline 18/12/2014 20:40

Bonsoir Sophie, je vous suit depuis le début. Il y aura toujours trop d'enfants malades je ne le sais que trop bien. J'ai découvert un livre édifiant que tout le monde devrait lire. C'est le
professeur Joyeux, grand cancérologue qui dénonce tous les dangers qui nous entourent et qu'on ne suspectent pas tant c'est entré dans nos vie quotidiennes...
Moi aussi, je ne supporte plus cela mais je crois qu'on n'arrivera jamais à se "blindé". J'attends qu'on me dise que ma Caroline est enfin guérie, j'en rêve... on approche du but, je sais que je
suis égoiste... J'essaie d'aider les parents face à ce mal mais c'est parfois dur de replonger dans ses propres souffrances...
Nous n'y pouvons rien, essaie de prendre du recul je sais que c'est difficile... Il faut vivre avec. On ne voit plus jamais la vie pareille après cela. Pour ma part, j'ai lâché mon boulot pour être
uniquement avec ma famille qui m'a trop manqué pendant les traitements... On profite tous les jours, carpe diem!!!
Gros bisous à vous 4 et carpe diem!

Présentation

  • : Lucas, sa vie, son combat.
  • Lucas, sa vie, son combat.
  • : Le combat de Lucas, 5 ans au moment du diagnostic en 2011, contre une vilaine maladie appelée neuroblastome métastatique de stade IV (cancer pédiatrique). Un récit écrit par sa Maman au jour le jour pour partager avec vous les petits et gros soucis du quotidien tout au long de cette épreuve. Laissez un commentaire lors de vos visites ça nous fera très plaisir.
  • Contact

Recherche

Les Autres Petits Guerriers Touchés Par Le Neuroblastome