4 septembre 2016 7 04 /09 /septembre /2016 20:15

Voici le témoignage d'Angélique, la maman d'Emma qui se bat contre une leucémie.

 

"Aujourd’hui je vais vous raconter un petit bout de l’histoire d’Emma, son combat pour la vie, Notre petite fille à nous. Emma a 15 mois, elle est une petite fille normale, pleine de vie, grandissant au milieu de ses deux grands frères aux petits soins, dans une famille aimante, c’est la chouchoute, la dernière, la petite fille. On est heureux.

Février 2016, Emma n’est pas en forme depuis quelques semaines, elle ne joue plus, ne sourit plus, mange moins, elle s’efface petit à petit. Nous consultons plusieurs medecins, tout va bien, c’est la fatigue de l’hiver. Puis un soir de février, nous craquons et partons aux urgences et là tout s’enchaine, tout bascule. En quelques heures, notre petit monde s’écroule. Emma est dans un état grave, on nous annonce dans une petite salle le diagnostic, Emma est atteinte d’une leucémie, on est le jour de ses 15 mois, une LMMJ, leucémie rare et peu connue sans traitement, la seule chose qu’on peut faire pour la soigner c’est une greffe de moelle osseuse mais il faut un donneur et en attendant il faut qu’elle sorte de cet état critique.

On commence une chimiothérapie douce pour essayer de stabiliser la maladie, les statistiques sont mauvaises, 20 % de chances de survie. On n’y croit pas, pas nous, pas un enfant, pas notre fille !!! Le soir Emma fait un arrêt cardiaque et pendant plusieurs heures, le personnel de Réanimation fera tout pour stabiliser Emma. Emma fait une hémorragie pulmonaire, les mauvaises cellules ont envahi son foie, sa rate, ses poumons, ses résultats sanguins sont désastreux. Les medecins ne lui donnent pas trois jours mais Emma se battra, elle reste 1 mois dans le coma puis se réveille un jour de mars, on entend de nouveau sa voix, elle ouvre de nouveaux ses grands yeux. J’ai l’impression de la mettre au monde une seconde fois.

Le combat commence alors, un combat très grand pour une petite fille, nous voilà en oncologie pédiatrique parmi touts ces petits bouts combattant la maladie, le choc. Nous nous battons depuis, chaque jour, auprès de notre fille, nous jonglons entre elle et nos fils, nous vivons à deux heures de l’hopital. Nous l’accompagnons avec nos armes, l’amour, l’espoir, le rire et la vie. Notre quotidien depuis devient une bataille, transfusions, examens, attente de résultats, nouveaux protocoles, infections en tout genre et préparation de la greffe, opération, effets secondaires, difficultés respiratoires, aller-retours, ras le bol, crises de nerfs mais aussi rires, fous rires, sourires, évolutions, grimaces, et bonheur à 5. Nous sommes devenus tous les cinq des combattants pour la vie.

Une donneuse en Allemagne est trouvée, Emma peut recevoir sa greffe, tout s’organise mais Emma rechute, la maladie prend le dessus à quelques jours de la greffe, on doit repousser et essayer de nouveaux traitements pour stabiliser l’état d’Emma. Nous passons depuis ces derniers mois par toutes les émotions, à chaque jour ses difficultés et ses joies et il faut apprendre à vivre avec la peur du pire et garder le sourire.

Après de grosses chimiothérapies en chambre stérile, Emma recevra sa greffe le 4 aout 2016, grand moment d’émotion, bel espoir pour nous, le seul, nous sommes allés au bout des traitements actuels pour sa maladie.

Emma s’est battue et se bat encore avec courage et force, elle nous donne chaque jour une sacrée leçon de vie à nous ses parents, elle nous rend fiers d’elle. Rien n’est terminé, rien n’est gagné mais chaque jour on avance, la maladie fait partie de nous maintenant. Beaucoup de complications, d’effets secondaires, des doutes sur la réussite de cette greffe, à l’heure actuelle nous ne savons pas si cela a marché, nous sommes, comme souvent dans la maladie, dans l’attente… Emma est toujours hospitalisée en chambre stérile et nous nous partageons pour être à ses cotés et aux cotés de nos petits garçons qui ont souvent beaucoup de questions auxquelles il faut répondre. Voila notre vie à nous, à tous les cinq, notre petite vie d’une famille imparfaite mais s’aimant jusqu’aux étoiles… Dans cette terrible épreuve, nous avons pu compter sur la solidarité incroyable de nos proches, de nos amis, voisins, village, inconnus et l’aide de nombreuses associations. Nous avons rencontré des personnes formidables qui sont à jamais dans notre cœur. Nous retenons cette beauté humaine même si nous voyons partir des petits bouts trop souvent. Le cancer s’abat sur nos petits ici et là sans distinction aucune, c’est nous, ça peut-être vous alors en ce mois de septembre dédié à la sensibilisation des cancers pédiatriques, n’oubliez pas les dons de vie qui sauvent chaque jour nos enfants atteints de cancer. Merci d’avoir partagé un petit bout de notre histoire."

Angélique, la maman d’Emma.

 

Vous pouvez suivre le combat d'Emma sur son blog : http://emma-aubas.blogspot.fr/

 

 

Repost 0
Publié par Sophie, la maman de Lucas
commenter cet article
3 septembre 2016 6 03 /09 /septembre /2016 19:50

Dans le cadre du mois de sensibilisation aux cancers de l'enfant, voici le témoignage de Sandrine, la maman d'un autre petit guerrier qui se bat contre la même maladie que Lucas...

 

"Je m'appelle Sandrine et j'étais déjà l'heureuse maman d'une petite fille de 4 ans lorsque j'ai accouché d'une petite fille et d'un petit garçon en septembre 2015. Les nuits étaient courtes avec mes jumeaux mais nous étions heureux.

Un contrôle anodin chez la pédiatre à leurs 6 mois a déjà laissé planer le doute sur notre fils. Une question simple mais qui maintenant a tout son sens : "A-t-il fait caca aujourd'hui ?" et moi en rigolant "Non, Monsieur est du soir".

Le mois suivant à leurs 7 mois cette question ressort à nouveau. Je donne la même réponse mais je repars quand même avec une ordonnance d'échographie. On me parle de selle, je ne m'affole pas puisque je vois mon fils faire caca tous les jours. De plus, je revois la pédiatre pour ses 8 mois donc j'attends la veille du rendez vous pour cette échographie.

Pendant l'échographie, je sens qu'il y a un problème on ne me regarde plus dans les yeux : "Il faut revoir votre pédiatre, il a une énorme tumeur au rein". Nous sommes le 25 mai 2016 le combat commence. J'appelle la pédiatre qui me reçoit aussitôt. Elle me dit que c'est surement un néphroblastome que ça se soigne bien, qu'on risque de lui enlever le rein et puis voilà. Elle prend tout en charge, je dois rentrer chez moi faire une valise et attendre le coup de fil de l'hôpital local pour l'hospitalisation de notre fils. Il est hospitalisé dans l'après midi et on lui prend ses constantes, tout va bien. On me dit que le lendemain on sera transféré dans l'hôpital des enfants le plus proche et que pour l'instant on va lui refaire un échographie. Pendant que je suis à l'hôpital mon mari contacte la famille pour faire garder les filles. Il veut être avec moi pour aller à l'hôpital des enfants et j'ai besoin de lui. C'est la première fois que je vais laisser ma fille cadette, elle aussi n'a que 8 mois et malheureusement je vais devoir le faire souvent.

Pendant ce temps à l'hôpital de proximité je descends à l'échographie avec mon fils et la à nouveau je sens que quelque chose cloche. La tumeur fait 8cm sur 6cm mais pour eux elle n'est pas dans le rein. Une équipe se réunit, on ne m'en dira pas plus. Je devrais attendre le lendemain à l'hôpital des enfants à côté de mon mari, pour que la bombe soit lâchée. Notre fils à un neuroblastome situé sur la glande surrénale gauche. Nous avons au moins perdu deux mois il faut faire vite. Et là commencent les examens. Nouvelle echographie, scanner, scintigraphie, pose du pac, biopsie, myélogramme et j'en passe. Il faut un mois et demi de plus pour que les résultats tombent. Nous avons pu le passer chez nous et nous avons vécu nos derniers moments de vie normale avant que le combat ne commence.

Il est donc mis dans un protocole, fait deux cures de chimio qu'il a très bien supportées et il n'a pas eu d'aplasie. D'après les pédiatres la tumeur avait diminué nous espérions donc que l'opération se ferait dans la foulée. Après cette cure nous avons donc fait le scanner de contrôle et là grosse déception. Rien n'a bougé. C'est sûrement pour ça que ses cures s'étaient si bien passées. On doit lui administrer des cures plus fortes avec d'autres produits. La première a étaé faite et, bien qu'il n'ait pas vomi, son aplasie est très longue. Il est hospitalisé et ne sortira sûrement pas avant un mois voire plus. La deuxième cure va être décalée, il a déjà été transfusé deux fois en même pas une semaine. C'est notre hôpital de proximité qui s'occupe de lui dans le service pédiatrique donc interdit de sortir. On se relaie avec mon mari pour qu'il y ait toujours un de nous auprès de lui. On aurait aimé être tous présents aujourd'hui pour la rentrée de notre fille. Il lui aura manqué son frère et son papa. C'est une situation compliquée car c'est toute notre vie qui est en suspens : notre vie de couple, notre vie de parents et même notre vie sociale et professionnelle. Le plus dur c'est d'entendre ma fille ainée pleurer le soir à l'autre bout du fil car au bout de quelques jours je lui manque. Ou la peur de n'être pour ma cadette qu'une personne de plus qu'elle voit de temps en temps comme une simple tatie. Je sens bien que le lien n'est pas aussi profond qu'avec sa grande sœur ou son frère.

Malgré ses bleus et son teint pâle notre fils a la force des enfants. Il a toujours le sourire même dans les moments difficiles. C'est un petit garçon posé qui ne bouge même plus pendant les examens. C'est son univers, il a l'habitude ! Nous ne sommes qu'au début du combat. Tant que cette tumeur est encore dans son corps je ne serai pas rassurée. Et rassurée est un grand mot car pour ce type de cancer c'est le mot rémission qui apparaît avant guérison. Et même si ce mot magique est prononcé un jour pour lui quels seront les ravages faits sur ce petit corps à cause de tous ces examens nocifs et ces chimiothérapies ? Je suis comme vous toutes je souris devant les autres et surtout pour mes enfants mais à l'intérieur je suis rongée par la peur et la tristesse. Nous sommes faites pour donner la vie et les voir grandir alors comment supporter l'idée de devoir peut être affronter leur mort ?

Voilà mon témoignage, celui d'une maman qui regarde son enfant avec amour et qui espère tous les jours que son fils fasse partie des survivants de cette horrible maladie."

 

 

 

Repost 0
Publié par Sophie, la maman de Lucas
commenter cet article
2 septembre 2016 5 02 /09 /septembre /2016 20:46

Oui, c'est bien le mot. Soulagement... La maladie recule, la chimio fonctionne, les tumeurs situées au niveau des vertèbres et du bassin ont diminué. Ce soir nous sommes vraiment soulagés, je ne trouve pas les mots à la hauteur de ce qu'on éprouve mais vraiment, la pression est retombée d'un coup et on se sent infiniment plus légers. Ce sont les premières bonnes nouvelles depuis le mois de mai, on avait tellement peur...

 

Ceci étant dit, tout n'est pas rose et rien n'est encore gagné. Lucas va continuer la chimio, son cancer est encore bien présent et actif. La tumeur au niveau thoracique, elle, n'a pas bougé, et il reste encore des cellules cancéreuses actives sur les trois points alors, certes, on a franchi une étape, mais il faudra encore parcourir beaucoup de chemin dans ce sens avant de pouvoir espérer une éventuelle rémission, qui elle-même ne sera encore qu'une étape...

 

Ce qu'on sait c'est qu'au moins le traitement fonctionne, et que, même si ce sont de petits pas, ils se font dans la bonne direction. On s'accroche à ce traitement comme à une bouée de sauvetage, on s'y agrippe de toutes nos forces en espérant qu'il nous portera le plus longtemps possible. Mais ce soir, c'est l'espoir qui prédomine sur la peur. On est regonflés à bloc pour poursuivre le combat.

 

Merci à tous pour vos marques de soutien ces derniers jours, on a de la chance d'avoir une telle équipe de supporters !

 

 

Repost 0
Publié par Sophie, la maman de Lucas
commenter cet article
1 septembre 2016 4 01 /09 /septembre /2016 22:28

Aujourd'hui Lucas a fait sa rentrée comme tous ses copains. Il était fier et moi aussi, en le déposant ce matin et en le voyant courir vers les autres, vraiment dans son élément. J'ai pensé très fort à tous ceux qui n'ont pas pu vivre ce moment aujourd'hui, encore plus à ceux qui ne le vivront plus jamais, et j'ai apprécié le moment, seconde par seconde.

 

Ce soir Lucas est rentré plein d'espoir. Il m'a dit "Maman c'était trop cool aujourd'hui", et puis "oh tu imagines tout ce que j'aurai appris de plus à la fin de l'année ?!?", et encore "j'ai hâte d'être à l'an prochain pour être au collège". Il fait des projets, il envisage son avenir, il sait qu'il va falloir se battre très dur cette année encore mais ça ne lui fait pas peur ! Je suis tellement fière de son état d'esprit !

 

Demain nous voyons l'oncologue pour avoir les résultats des examens de cette semaine. L'angoisse monte plus que jamais, la dernière fois il n'y avait aucune évolution malgré les deux cures de chimio, cette fois on n'a pas le choix, il FAUT que les résultats soient là sinon c'est la catastrophe. Ce traitement est notre meilleure, et quasiment seule chance... J'ai tellement peur qu'on nous annonce que tout bascule à nouveau ! Cette maladie est tellement perverse et ignoble ! Lucas, lui, a décidé qu'il ne viendrait pas. Il préfère aller à l'école tant qu'il le peut. Il faut dire que dès la semaine prochaine (si tout va "bien"...) il reprend déjà la chimio...

 

Ce soir toutes mes pensées vont vers la famille de B. dont le combat a pris fin aujourd'hui... Le neuroblastome a encore fait une victime...

 

 

Repost 0
Publié par Sophie, la maman de Lucas
commenter cet article
31 août 2016 3 31 /08 /août /2016 20:43

Demain nous arrivons en septembre. C'est la rentrée, oui, mais c'est aussi le mois de sensibilisation aux cancers de l'enfant. L'occasion de sensibiliser le public à ces maladies dont on ne parle que rarement et dont on pense (à tord) qu'elles ne touchent que très peu d'enfants.

 

Pour montrer que les enfants touchés sont beaucoup plus nombreux qu'on le pense, et que derrière chaque cancer il y a un enfant et une famille dont la vie, les repères et le quotidien sont complètement chamboulés, je voudrais partager ce blog avec d'autres qui vivent le même combat, et je me disais que ce serait peut-être une bonne idée de profiter de ce mois de septembre pour mettre en avant chaque jour un enfant et son histoire.

 

Si le cœur vous en dit et que votre enfant se bat ou s'est battu contre un cancer, envoyez-moi un petit texte, une photo ou ce que vous souhaitez pour présenter votre enfant et son combat et je le publierai au cours du mois. Je vous laisse la parole !

 

Edit : Vous pouvez laisser un commentaire sous l'article, ou me contacter via le lien à droite de l'écran, ou encore me demander mon mail. Votre anonymat peut évidemment être totalement respecté si vous le désirez.

 

 

Repost 0
Publié par Sophie, la maman de Lucas
commenter cet article
30 août 2016 2 30 /08 /août /2016 22:52

Nous étions à l'hôpital aujourd'hui, nous y retournons demain... Mais jeudi c'est sacré, Lucas fera sa rentrée ! Comme tous les autres copains de sa classe. Un détail qui n'a peut-être l'air de rien pour certaines familles mais qui est devenu si important pour nous. Cette rentrée c'est le symbole de la normalité... et puis on n'a aucune idée d'où on en sera l'an prochain alors celle-là on va la savourer à fond.

 

Aujourd'hui les mauvaises nouvelles pleuvent sur la planète cancer. E. et B. qui se battent eux-aussi contre une rechute de neuroblastome devaient recevoir leur chimio mais ont passé des examens en urgence qui ont révélé pour chacun une progression de la maladie et un échec des traitements. B. est toujours dans un état critique, dans le coma avec assistance cardiaque et respiratoire, et malgré leurs efforts les médecins n'ont que très peu d'espoir. L. vit ses derniers jours et a dû être réhospitalisé car c'était devenu impossible de le garder à la maison. R. lui, a déployé ses ailes aujourd'hui. Tous victimes de ce satané neuroblastome...

 

Comment rester sereine au milieu de tout ça et ne pas se demander quand viendra notre tour ???? Je suis désolée mes mots ne sont guère optimistes et j'ai l'impression de toujours parler de choses tristes, mais malheureusement c'est notre quotidien, parfois il y a de belles choses mais trop souvent ce sont des tragédies auxquelles on assiste impuissants. J'ai l'impression d'être écartelée entre ces deux mondes où certains se battent pour survivre dans des conditions inhumaines alors que d'autres parlent de crayons feutres et de cartables... Et au milieu de tout ça, nous on est pendus à ces foutus résultats, pour savoir dans quel monde on bascule ou pas ! J'avoue que j'ai du mal à prendre le recul nécessaire...

 

Avec une pensée spéciale pour la famille d'A. qui s'est envolée elle-aussi il y a tout juste un an...

Repost 0
Publié par Sophie, la maman de Lucas
commenter cet article
28 août 2016 7 28 /08 /août /2016 20:59

Nous sommes de retour après avoir passé presque une semaine chez mes beaux parents à la campagne. Ces quelques jours nous ont fait un bien fou. Certes, nous avons visité l'hôpital local pour une transfusion en milieu de semaine, mais en dehors de ça nous avons pu nous déconnecter un peu et profiter du rythme des vacances avec au programme : grasses matinées, siestes à l'ombre, ballades dans la nature, apéros en terrasse et moments de complicité si précieux en famille.

 

Lucas est en forme, il a bien marché et l'air pur lui a ouvert l'appétit, je suis vraiment contente de le voir aller aussi bien, ça fait plaisir à voir. Ils sont toujours aussi complices avec Jade et je ne me lasse pas de les regarder partager des jeux et des discussions tous les deux comme si rien d'autre n'existait. On a vraiment de la chance d'avoir des enfants qui s'entendent aussi bien, et ils ont de la chance de pouvoir compter l'un sur l'autre.

 

Maheureusement toutes les bonnes choses ont une fin... Arrivés vendredi soir, samedi nous étions déjà de retour à l'hôpital pour une nouvelle transfusion, et cette semaine nous attaquons les bilans de Lucas. J'avais réussi à peu près à mettre mes angoisses de côté pendant nos vacances mais là elles sont bien de retour. Tellement de choses dépendent de ces résultats...!

 

Repost 0
Publié par Sophie, la maman de Lucas
commenter cet article
19 août 2016 5 19 /08 /août /2016 21:12

Marre de subir cette vie, marre de vivre au rythme de la maladie, marre d'être gouvernés dans notre quotidien par toutes les conséquences qui lui sont liées... Marre de n'avoir aucune certitude sur l'avenir, marre de vivre en apnée en attendant toujours le verdict des résultats suivants... Marre de voir aussi toutes ces mauvaises nouvelles s'accumuler autour de nous... La vie est vraiment trop courte, parfois vraiment trop injuste, et si on ne se créée pas de bonheur nous-mêmes, personne ne nous l'apportera, alors Julien a posé sa semaine et on part en vacances quelques jours chez ses parents. Peu importe si Lucas est en aplasie, peu importe s'il faut faire des bilans toutes les 48h et aller à l'hôpital là-bas pour des transfusions, peu importe s'il est fatigué et qu'on reste à la maison "à ne rien faire", on avisera et on s'adaptera, mais au moins on sera en vacances, loin du quotidien, juste tous les quatre (avec Papy et Mamy bien sûr), et je peux vous le dire, on compte bien en profiter.

 

Comme beaucoup en ce moment, toutes mes pensées sont tournées vers C. cette si petite puce qui a permis de si grandes choses et qui s'est battue avec tant de courage, malheureusement sans avoir les armes pour. Les très nombreuses réactions exprimées sur la toile sont émouvantes, mais quelque part elles me mettent un peu mal à l'aise. Le décès d'une petite fille fait sensation, forcément, la médiatisation de son histoire fait que les gens se sentent tous "proches" d'elle et sont touchés par la nouvelle, là-maintenant, mais je ne peux m'empêcher de me demander qui sera encore là dans quelques semaines ? Qui tirera vraiment la leçon de cette tragédie ? Qui va s'investir réellement, que ce soit en donnant son sang, sa moëlle osseuse ou juste un simple euro pour faire avancer la recherche ? J'espère que la vague de soutien qui se propage actuellement ne retombera pas comme un soufflé et se prolongera par des actes bien réels... en mémoire de C. et en soutien à ses parents qui malgré leur douleur souhaitent poursuivre le combat pour les autres enfants touchés par le cancer.

 

144.000 commentaires suite à l'annonce de son envol... plus de 300.000 likes... Si chaque personne faisait la démarche de donner juste 1 euro, imaginez ce que l'association pourrait faire ! Enfin ce n'est qu'un avis personnel...

 

 

Repost 0
Publié par Sophie, la maman de Lucas
commenter cet article
15 août 2016 1 15 /08 /août /2016 16:19

La quatrième cure de chimio est terminée. Lucas a assez mal supporté le premier jour, avec encore beaucoup de nausées et des vomissements. C'est un problème récurrent chez lui depuis le début, les médecins sont étonnés, normalement avec les médicaments donnés en prévention les enfants supportent assez bien cette chimio sur le plan digestif, mais Lucas n'est pas soulagé malgré les différents traitements essayés jusqu'ici. Au final on se demande s'il n'y aurait pas une part psychologique dans ces nausées, non pas qu'il fasse du cinéma mais c'est vrai que Lucas sait que la chimio va le faire vomir alors dès la veille il angoisse beaucoup, et rien que ça, ça peut entrainer des nausées. Ce n'est pas de sa faute, c'est plus fort que lui... Alors le deuxième jour on a ajouté un médicament supplémentaire (un quatrième !), qui apparemment joue autant sur les nausées que sur l'angoisse, et... mon loulou a enfin été soulagé ! Quand il est à l'hôpital il ne mange rien, ce n'est même pas la peine de proposer, mais au retour il a grignoté quelques biscuits et le soir il a mangé des courgettes, un yaourt et une compote. Du jamais vu pendant une cure de chimio !!!!! Les jours suivants on a continué avec les mêmes médicaments et ça se passe bien, les nausées sont beaucoup moins fortes et il n'a revomi qu'une seule fois. Bon, par contre il a toujours ces crises de maux de ventre qui arrivent à partir du 3ème jour, pour ça on n'a pas encore trouvé le remède miracle...

 

Jade, elle, est rentrée de vacances hier soir. Elle est toute bronzée, ravie, et a des souvenirs plein la tête. Quel plaisir de l'entendre me raconter sa semaine, elle évite d'en parler trop devant Lucas pour ne pas lui faire envie mais on a profité qu'il soit à l'hôpital avec Papa pour regarder les photos. Merci encore à nos amis qui prennent soin de nous, sans ça Jade ne serait pas partie en vacances cet été, et là elle est revenue reboostée à fond pour sa rentrée.

 

Maintenant on va profiter de quelques jours au calme à la maison, avec quelques activités prévues de ci de là, des petits copains invités à venir jouer, et puis dans quinze jours on repart déjà sur une semaine de bilans pour Lucas. On saura où en est la maladie, si les traitements ont enfin eu un effet sur elle... Je n'ose imaginer ce qui se passera si la réponse est non, des résultats positifs seraient une telle bouffée d'espoir pour nous, mais malgré tout il faut rester réaliste et se préparer à tout entendre... Je vais peut-être prendre le même médicament que Lucas contre les nausées et l'angoisse finalement !

 

 

Repost 0
Publié par Sophie, la maman de Lucas
commenter cet article
10 août 2016 3 10 /08 /août /2016 10:06

Cette journée entre copines a vraiment été géniale. Un petit resto sympa, un ciné, et de longues discussions autour d'un verre en terrasse, à refaire le monde et parler de tout ou rien... il n'en faut pas plus pour oublier tous les soucis l'espace de quelques heures, se ressourcer et recharger les batteries à fond. Pendant ces quelques instants j'ai été une femme comme toutes les autres, qui passe du bon temps avec ses amies, et plus une maman dont le quotidien tourne exclusivement autour de la maladie, forcée de vivre à l'écart du monde. Un grand merci les copines, je ne sais pas ce que je ferais sans vous !

 

C'est difficile de trouver le temps quand on est plongé dans un quotidien aussi compliqué, difficile aussi de s'accorder du temps pour soi, de prendre du plaisir quand son enfant est si malade, mais quand on y arrive c'est vraiment ressourçant et ça fait tellement de bien. A toutes les mamans qui sont dans le même cas, vraiment, prenez ce temps-là, c'est primordial pour revenir encore plus forte ensuite auprès de votre enfant.

 

Bon, retour aux choses sérieuses, demain c'est chimio. Le bilan de lundi était encore bas mais en remontée alors ça devrait être bon jeudi. Lucas n'a pas envie d'y aller, ce qui est assez compréhensible. Même s'il est content pour elle, il trouve dur d'aller à l'hôpital tandis que sa soeur va à la plage. S'il n'a pas trop de nausées j'irai peut-être lui chercher un mac do demain en sortant, ce sera le petit plaisir du jour !

 

 

Repost 0
Publié par Sophie, la maman de Lucas
commenter cet article

Présentation

  • : Lucas, sa vie, son combat.
  • Lucas, sa vie, son combat.
  • : Le combat de Lucas, 5 ans au moment du diagnostic en 2011, contre une vilaine maladie appelée neuroblastome métastatique de stade IV (cancer pédiatrique). Un récit écrit par sa Maman au jour le jour pour partager avec vous les petits et gros soucis du quotidien tout au long de cette épreuve. Laissez un commentaire lors de vos visites ça nous fera très plaisir.
  • Contact

Recherche

Les Autres Petits Guerriers Touchés Par Le Neuroblastome